Partage…

olivier hauts aL’hiver se poursuit, le vent du sud fait rage…nous apportant une hausse des températures…l’épaisseur de neige en prend un coup. Et pourtant, randonneurs motivés prenons le chemin des Hauts Plateaux en ce mois de janvier. Ambiance grand nord, le vent fouette les joues. La nature reprend sa place forte, celle qui nous incite à fermer toutes les écoutilles de nos épaisseurs nombreuses ce jour là. Nous avançons dans le blanc, les arbres ont gardés leur guirlande de noël! Pas l’ombre du Grand Veymont, il reste blotti dans la ouate quelque part entre ciel et neige.

Déjeuner sur neige, dans un coin cabane improvisé. Les arbres se dénudent progressivement de leur manteau provoquant des Kirielles de gouttes. Sensation désagréable de la goutte qui tombe dans le cou, descend le long de la colonne…glaçon glacial. Une tranche de saucisson, plusieurs verres de thé, la solution chauffage immédiat et idéale pour ce type de journée. Les doigts perdent un à un leur influx sanguin…quelques circonvolutions, un sac à dos plié rapidement, et nous reprenons vivement la marche pour se réchauffer le corps. Halte pour regarder la carte, descente dans le vallon de Combe Male pour rejoindre notre point d’arrivée. Une descente longue mais abritée en forêt. La neige s’alourdie, la trace reste à faire…musculation de la cuisse…parfaite pour le galbe ! Quelques bonnes heures de randonnée pour enfin regagner notre nid singulier du soir. Gîte d’étape hors du temps…Nous sommes en Vercors sud, loin de tout, une ambiance particulière règne à bord. Petit repas pour dorloter les estomacs et gros dodo.

2013-01-21 13.17.53

Le lendemain, nos projets de randonner à raquettes seront guillotinés par une météo pluvieuse. Fête de la grenouille bien amorcée, gris pesant, il est temps de passer à l’option tourisme. Chacun reprend sa route, visite du Mémorial et déjeuner raffiné pour certains, après midi tranquille pour d’autres.

Sur le chemin du retour, je conduis à travers les fameuses gorges de la Bourne, je m’émerveille de cette curiosité locale. Plus de trente ans que je parcours ce site, et je le trouve toujours aussi intense. Un rayon de soleil pointe enfin son nez, il ne durera qu’un court instant. Juste le temps de constater que la nature est précieuse. La voiture de devant s’arrête en plein milieu de la route. Trois hommes en sortent avec du matériel pour filmer l’arche qui surplombe la route. Ils s’excusent mille fois de cet arrêt intempestif. J’ouvre la fenêtre, curieuse, et leur demande ce qu’ils font. Un reportage pour Échappée Belle. Je leur réponds que je n’ai pas la télévision. L’un des gars me rétorque : « ce n’est pas grave ! »Je souris et poursuis mon chemin. J’imagine que les spectateurs découvriront sous peu le spectacle qui constitue mon quotidien, que de chance…

Un weekend raquette avorté pour cause de météo odieuse, en échange de riches moments vécus…conclusion : qu’il est bon de partager dans la nature ou juste attablés évoquant de bons souvenirs d’une époque insoupçonnée. Merci Marie, Olivier, Sylvie et Jacques.

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.